Le tire bouchon

Pourquoi y a-t-il un tire-bouchon dans un couteau suisse ?

Le tire-bouchon fait partie de l’équipement standard de presque tous les couteaux suisses de Victorinox et Wenger. Pourquoi en est-il ainsi ?

Tout d’abord, il faut dire qu’un couteau suisse est un outil multifonctionnel qui doit être utile à son propriétaire dans diverses activités.
Le tire-bouchon, en tant que partie intégrante d’un couteau suisse, a d’une part la tradition (il en a toujours fait partie…) et d’autre part il est effectivement un outil utile. A quoi peut servir le tire-bouchon :
Ouverture des bouteilles avec des bouchons
Pour ouvrir des nœuds
Gratter les pierres de la semelle de la chaussure
En fait, pour toute activité nécessitant un pourboire qui ne coupe pas…

Si vous pensez qu’un tire-bouchon est comme un autre, vous vous trompez. Mais énorme. La seule chose que ces ouvre-bouteilles pratiques ont en commun est une poignée et un outil spécial pour tirer le bouchon – la soi-disant broche. Mais à part cela, il existe des mondes entre les différents types de tire-bouchons.

Un bon tire-bouchon n’a même pas besoin d’être cher ou d’être équipé de matériel de haute technologie. Quels que soient sa forme, sa couleur et son design, vous devriez plutôt avoir d’autres détails sur votre radar lorsque vous choisissez un tire-bouchon. Mais avant tout…

 

 

Instructions pour les tire-bouchons : c’est ce qui compte

Avant d’en arriver à l’outil proprement dit, une chose doit absolument être précédée d’une question. C’est la première règle pour le débouchage : Ne jamais laisser le liège entrer dans le vin, jamais et jamais. Cela peut considérablement obscurcir le plaisir du vin par la suite.

Cela peut toutefois se produire en fonction de la porosité du liège : Soit le bouchon se casse et le reste du bouchon éclabousse la bouteille. Ou bien le matériau est devenu si fragile au fil des ans qu’il se divise en plusieurs parties dès qu’on l’ouvre (auquel cas le vin est généralement complètement ruiné).

Il est donc d’autant plus important de percer le bouchon avec précaution avant de l’extraire et de ne l’endommager que de façon minime. Sinon, il est possible que des flocons de liège ou des morceaux entiers de liège se retrouvent dans le vin ou soient répartis sur toute la table. Et personne ne veut cela.

 

La deuxième règle de base pour ouvrir le vin est

Lors du versement ou de la décantation (par exemple pour la décantation ou la carafe), le vin ne doit pas entrer en contact avec la feuille de métal ou de plastique.

Veuillez donc toujours l’enlever complètement et entièrement autour de l’ouverture de la bouteille. Alors, rien ne se passera quand vous utiliserez le tire-bouchon.

Un conseil pour les cas où un peu de liège s’est finalement retrouvé dans le vin : dans ce cas, une décantation immédiate à travers une simple passoire à thé ou un filtre à thé est utile. Cela permet de transvaser le vin dans la nouvelle carafe ou décanteur sans problème et sans altérer son goût.

Au fait : ne débouchez jamais votre vin avec un “pop” fort. Le bruit est causé par l’apport soudain d’oxygène – et cela peut être très stressant, surtout pour les bons vins qui ont été stockés longtemps. Le contact soudain avec l’oxygène a souvent un effet négatif sur les arômes subtils.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *